webflatdesignA propos d'AneArtiste: le Webdesign, la création graphique et le restewebdesign

Sites web et créativité: le webdesign est il un art?

« Making the simple complicated is commonplace; making the complicated simple, awesomely simple, that's creativity. » [Charles Mingus]

C'est un débat récurrent parmi les acteurs de la profession, propice aux réactions émotives et aux avis tranchés. Pour certains, la réponse est un 'non' catégorique. Le webdesigner ne serait qu'un exécutant au service d'une productivité maximum et le superflu serait à bannir. Tandis que d'autres regrettent les sites web immersifs débordants d'animations flash peu à peu éliminés de la toile par la mode récente du flat design et l'avènement du html5.

site web jandekmaquette site web

On peut légitimement trouver dommage qu'une avancée technologique bride la créativité, alors quelle devrait au contraire lui ouvrir de nouvelles perspectives. Les contraintes imposées au webdesigner: présenter des contenus dans des conditions d'ergonomie et de lisibilité optimisées pour un maximum de médias, n'ont absolument rien d'artistique dans leur nature. Effectivement si le webdesign se limitait à faire de l'ergonomie, l'intervention du webdesigner serait inutile.

« Si vous pouviez le dire avec des mots, il n'y aurait absolument aucune raison de le peindre. » [Edward Hopper]

L'erreur serait de considérer le travail du webdesigner comme une surcouche graphique gratuite sur du code HTML. Certains site web sont comparables à des grandes surfaces : les gens n'y viennent pas pour la déco du magasin, mais pour son contenu. Dans ce cas précis, s'en tenir aux grilles modulables et aux interfaces dépouillées est amplement suffisant. Un développeur compétent sera toujours à même de remplir ce rôle et n'aura sans doute pas un besoin crucial du designer.

interfaces bootstraptemplates  bootstrap

Néanmoins les sites web basés sur les même grilles Bootstrap finissent par se ressembler tous. Un des écueils résurgent du flat design, dans sa tendance extrême, est d'amoindrir la frontière entre style et identité. Lorsque ergonomie rime avec conformisme et banalité, il est sans doute temps de réagir. L'expérimentation graphique, l'expression artistique doivent avoir une place dans la production web, et le webdesign, comme tout support d'expression a besoin d'artistes et d'œuvres imprégnées de personnalités.

« La poésie est une salve contre l'habitude. » [Henri Pichette]

Le retour de baton était prévisible, la migration massive de graphistes venus de l'édition imprimée vers la sphère du web a donné naissance à des flopées de design "non fonctionnels". Un des avantages du Flat Design est assurément de rappeler quelques évidences incontournables: les interfaces surchargées sont illisibles, très vite lassantes, rapidement démodées, alors que la simplicité est un gage de pérennité.

Le design fait partie des arts appliqués. En tant qu'art de commande intrinsèquement lié à l'objet qu'il promeut et au support qui le diffuse, il est inévitablement soumis à certaines contraintes. Or ces contraintes peuvent être stimulantes. Savoir alléger le design tant en conservant identité et originalité est un art. Je renvoie à la citation de Charles Mingus en exergue: « Compliquer ce qui est simple, c'est banal. Simplifier ce qui est compliqué, le rendre extraordinairement simple, c'est cela la créativité ».

Un site n'est pas qu'au service du visiteur. Il sert également l'image du commanditaire. Cet aspect ne tient pas de la raison mais de l'émotion. Un excellent designer saura faire les choix graphiques qui s'accorderont à l'image de son client, sans pour autant renoncer aux règles esthétiques qui sont les siennes. Être capable de réaliser cette fusion entre la fonction et le contenu, sans renier sa personnalité, c'est là que réside son véritable talent

Moholy Nagy - am7Moholy Nagy  Untitled 1926

Comme l'écrivait László Moholy-Nagy: « Le design (…) exige une démarche à la fois pénétrante et globalisante. Il représente une tâche complexe qui nécessite d'intégrer aussi bien des critères technologiques, sociaux et économiques que des données biologiques et les effets psychophysiques produits par les matériaux, les formes, les couleurs, les volumes et les relations spatiales ». Sa philosophie s'appuie sur l'idée d' « individu collectif », la masse ne dissolvant pas la singularité de chacun. L'artiste doit exercer et orienter le regard du spectateur afin que ce dernier formule de nouvelles exigences esthétiques.

« Faire du design, c'est penser en termes de relations. C'est appréhender le cadre et le coeur des choses, les buts immédiats aussi bien que les buts ultimes, dans le sens biologique du terme en tout cas. » [László Moholy-Nagy]

publié le 03/03/2014, à 13h19 par